Le « protocole Hannibal », une spécificité israélienne

La confusion entourant la fausse capture du sous-lieutenant israélien Hadar Goldin par des combattants palestiniens le 1er aout 2014 et et notamment le bombardement nourri sur le lieu présumé ou il se trouvait a lancé une polémique sur les raisons de ce bombardement massif : l´armée israélienne a-t-elle voulu délibérément tuer son soldat pour épargner à lui et à Israel les affres d´une captivité ? Une doctrine vient appuyer les tenants de cette hypothèse, notamment le journal israélien Haaretz : le protocole Hannibal.

Le suicide d´Hannibal

Le suicide d´Hannibal

Origines et fonctionnement

Nommé d´après le général carthaginois Hannibal Barca qui avait préféré se suicider plutot que d´etre fait prisonnier par ses ennemis, le protocole Hannibal a été élaboré par Tsahal à la suite de l´enlèvement de deux soldats par le Hezbollah en 1986 et révélé au grand public par Haaretz en 2003 grace à un témoignage.

« Lors d’un enlèvement, la mission principale est de sauver nos soldats de leurs ravisseurs même s’ils peuvent être blessés pendant l’opération. Des tirs d’armes légères peuvent être utilisés pour abattre les ravisseurs ou les arrêter. Si le véhicule ou les ravisseurs ne s’arrêtent pas, un tir de sniper devrait être utilisé pour les toucher, même si cela signifie toucher nos soldats. Dans tous les cas, tout doit être fait pour stopper le véhicule et ne pas lui permettre de s’échapper. » (Témoignage)

Selon Haaretz en 2003, « le message sous-entendu de l’ordre était : du point de vue de l’armée, mieux vaut un soldat mort plutôt qu’un soldat captif qui peut être torturé et peut obliger l’Etat à libérer des milliers de prisonniers pour obtenir sa libération ». Des débats dans l´armée israélienne ont vu le jour pour savoir ce qui était demandé concrètement. Des chefs d´unité ont refusé de se conformer à un ordre qu´ils avaient percu comme l´obligation de tuer un soldat sur le point d´etre capturé si tous les autres moyens avaient échoué.

Ce protocole Hannibal aurait été utilisé plusieurs fois, notamment en 2000 lorsque des hélicoptères avaient ouvert le feu sur les voitures où trois soldats prsionniers se trouvaient. Ils décèderent durant leur captivité sans qu´on puisse savoir s´ils avaient été touchés. En juillet 2006, le Hezbollah tenta de capturer deux soldats qui furent tués par des tirs israéliens (selon le ministre libanais de la Santé). Enfin, pendant l´opération Plomb Durci, le journal Maariv rapporta qu´une maison où se trouvait un soldat blessé fut bombardée pour éviter qu´il ne soit fait prisonnier.

Problème éthique

Le code d´honneur de la Légion

Le code d´honneur de la Légion

L´article 7 du code d´honneur de la Légion Etrangère stipule : « Au combat, tu agis sans passion et sans haine, tu respectes les ennemis vaincus, tu n’abandonnes jamais ni tes morts, ni tes blessés, ni tes armes. » Comme l´affirme cet article, il serait tout à fait impensable pour une armée occidentale de donner l´ordre d´abattre l´un des siens en danger d´etre fait prisonnier. Il faut donc replacer la capture d´un soldat israélien par un mouvement comme le Hamas ou le Hezbollah dans le contexte du Proche-Orient : les soldats israéliens sont une précieuse monnaie d´échange et un moyen de pression idéal pour négocier avec Israel. Comme le montre l´exemple de Gilad Shalit, échangé contre plus d´un millier de Palestiniens, les conséquences d´un rapt sont catastrophiques pour l´Etat juif. Mais de là à ordonner l´exécution des soldats en passe d´etre capturés, il y a un gouffre à franchir, notamment vis-à-vis de l´opinion publique israélienne. Condamner à mort un soldat pour ne pas avoir à payer le prix de sa libération, voilà un ordre qui peut ébranler jusqu´au plus orthodoxe. Un rabbin a d´ailleurs conseillé à un soldat religieux de refuser d´obéir à cet ordre s´il était donné. L´existence de ce protocole met en valeur l´asymétrie du conflit, où la vie d´un soldat israélien est tellement couteuse en vie palestiniennes qu´on préfère annuler l´addition en supprimant le soldat.

Liesse en Israel pour la libération du soldat Gilad Shalit

Liesse en Israel pour la libération du soldat Gilad Shalit

Catégories : Articles, Conflit israélo-palestinien, Suivi des conflits en cours | Étiquettes : , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :