L´Arabie Saoudite est-elle en danger ?

Dans la lignée de notre article sur l´Arabie Saoudite battant le rappel de ses alliés, nous avons souhaité décrypter la situation géopolitique locale afin de savoir si la pétromonarchie était réellement en danger.

Un axe de défense reporté sur la frontière irakienne

Un axe de défense reporté sur la frontière irakienne

Une menace militaire réaliste ?

Avec la déstabilisation des institutions irakiennes issue de l´offensive de l´Etat Islamique dans le Nord de l´Irak, la surveillance aux frontières s´est notablement dégradée coté irakien, avec pour conséquence la peur d´infiltration d´éléments djihadistes en Arabie Saoudite. Du coup, la monarchie saoudienne a porté à 30 000 le nombre de soldats le long de la frontière irako-saoudienne et a demandé des garanties d’aide militaire à ses principaux alliés dans le monde arabe, l’Egypte, le Maroc et le Pakistan, qui ont tous envoyé des troupes. Il est néanmoins hautement improbable compte-tenu des positions actuelles de l´Etat Islamique et de son offensive dans le Nord qu´il décide de descendre dans le sud pour s´attaquer à un Etat stable doté d´une armée bien entrainée et surtout très bien équipée. Rappelons que l´Arabie Saoudite avait le 4ème budget militaire en 2013, un chiffre certes gonflé par des achats. Enfin, le roi a validé la construction d´une cloture afin de militariser la frontière et empecher toute infiltration. Des moyens considérables ont donc été mis en oeuvre pour garantir la sécurité du royaume.

Des combattants de l´EI en Irak

La crainte principale du régime saoudien : la menace intérieure

Mais la crainte principale du régime réside dans l´apparition d´une « cinquième colonne », des djihadistes recrutés en Arabie Saoudite : en effet, d’avril à juin, l’EIIL a activement utilisé des applications mobiles pour mener une propagande intense et accélérer le recrutement de ses partisans. En mai dernier, Riyad a affirmé qu’un complot de terroristes lié à l’EIIL avait été démantelé. Ce complot avait pour mission d’assassiner des hauts responsables saoudiens et des dirigeants religieux. Depuis l’été, les slogans de l’EIIL sont écrits sur les murs partout dans le pays, et des brochures du « califat » sont distribuées. Depuis le 1er août, l’EIIL a entamé une véritable campagne sur les réseaux sociaux visant à recueillir des données personnelles d’employés des services secrets de l’Arabie saoudite, des informations cruciales. Cette campagne a eu comme résultat environ 30.000 posts avec des adresses, des photos et des téléphones d’un grand nombre de citoyens soi-disant liés aux services de renseignement d’Arabie saoudite. Il faut noter que la plupart des Saoudiens sont wahhabites, tenants d´un islam rigoriste assez proche de celui des djihadistes qu´ils sont accusés de financer. Par ailleurs, le régime est fragilisé par un climat perpétuel de contestation de la monarchie et de l´alliance avec les Etats-Unis.

L´Arabie Saoudite suspectée de financer les djihadistes

Mordre la main qui te nourrit

Il semble paradoxal qu´une attaque djihadiste puisse avoir lieu en Arabie Saoudite alors que le régime saoudien est soupconné de financer ces mouvements dont l´approche religieuse est si proche du wahhabisme, ce courant rigoriste de l´islam répandu en Arabie Saoudite. Il faut donc discerner dans la nébuleuse djihadiste qui en veut au régime saoudien. Ce dernier, réputé très proche d´al-Qaeda, est soupconné de financer le Front al-Nusra, émanation d´al-Qaeda en Syrie. Or, avec la création du « califat », l´Etat Islamique d´Abou Bakr al-Baghdadi s´est complètement détaché d´al-Qaeda au point d´affronter le Front al-Nusra dans certaines régions de Syrie. Ce raisonnement quelque peu simplifié est bien sur mis à mal par l´attentat-suicide du 4 juillet 2014 sur un checkpoint saoudien à la frontière avec le Yémen. La vidéo de l´attaque, revendiquée par AQPA (al-Qaeda dans la Péninsule Arabique), est assortie de menaces contre le régime saoudien.

Il y a 35 ans, 500 extrémistes religieux investissaient la Grande Mosquée pour réclamer à la faveur de la fuite du shah d´Iran la fin de la monarchie saoudienne et l´expulsion des « infidèles ». Aujourd´hui, nous en sommes encore loin mais la menace est à prendre au sérieux, en particulier si al-Qaeda décide de s´associer à l´Etat Islamique dans la lutte.

Catégories : Articles, Irak, Suivi des conflits en cours | Étiquettes : , , , , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :